Read Comments

Labyrinthe #0, Organisation et réparation du bruit

La jachère sonore est belle et bien là. Le « faire plaisir à tout le monde » des salles subventionnées conduit bon nombre de groupes et genres musicaux à se retrouver face à un désert, à l’exception des grands pontes. Mais certains s’organisent. L’organisation de concerts est tenace et amène ces acteurs à faire face au manque. Manque d’argent, manque de temps, manque de lieu mais manque pas de motivation. Alors, réparer des sonos, trouver un toit pour la soirée devient le processus commun. Au travers de ce dernier, tout prend forme et des réflexions sur ce même processus naissent. Pour cette première chronique du bruit, voila une série de photos avec une captation sonore chez Medication Time.

Ambiance sonore.

A l’abris de la fraîcheur hivernale, réflexions, réparations et humour font bon ménage.

Nico décharge des amplificateurs de sonorisation à réparer. Ils serviront dans un concert proche. Pas le choix, il faut réparer.

Après le démontage des carcasses, il faut trouver la panne. Surement une des opérations les plus difficiles sur ces objets.

Moment de réflexion autour de l’obsolescence programmée.

Raphaël attaque une des réparations alors que la nuit approche.

Nico prend le relais pour une soudure nocturne sur l’amplificateur.

Les tests sont concluants et les amplis sonoriseront Grand Terminal et Häshcut

Quelques jours plus tard, L’association Medication Time se retrouve pour l’organisation du concert.

Après une après-midi de montage de sono et de préparatifs, un repas tranquille avant que le début du concert.

Dans un noir presque total, le bruit prend forme, les amplis tournent, la pluie laissée sur le pas de la porte fait place à la rondeur du son.

Chroniques à suivre…

Pierre Estérie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *